Les femmes E3N

Thumbnail

L'étude E3N s'appuie sur une cohorte d'environ 100 000 femmes françaises, nées entre 1925 et 1950, qui ont été sollicitées en 1990 parmi les adhérentes de la Mutuelle Générale de l’Éducation Nationale (MGEN) et ont accepté de participer à cette grande aventure scientifique.

Repartition-FemmesE3N

1. La participation à l'étude E3N

E3N a débuté en juin 1990. À cette date, une invitation à participer à l'étude a été adressée aux 500 000 femmes adhérentes de la MGEN, résidant en France continentale et âgées de 40 à 65 ans. L'invitation indiquait que l'étude durerait au moins 10 ans et que les participantes auraient à répondre régulièrement à des questionnaires sur leur mode de vie et leur état de santé.

Environ 20 % des personnes sollicitées acceptèrent de se porter volontaires en nous retournant le premier questionnaire rempli, accompagné de leur accord de participation. Il y a 98 995 femmes E3N.

2. Les caractéristiques des femmes E3N

L'âge moyen à l'entrée dans l'étude E3N, en 1990, était de 49 ans.

Anthropométrie

La taille moyenne des femmes E3N est de 162 cm et le poids moyen de 59 kg. Ces moyennes recouvrent naturellement de grandes variabilités. Ainsi les tailles vont de moins de 140 cm à plus de 185 cm et les poids, de moins de 40 kg à plus de 90 kg.

À l’inclusion, 75 % des femmes avaient un indice de masse corporelle normal, 14 % étaient en surpoids, 4 % maigres et 2 % obèses.

Vie hormonale

L'âge moyen à la puberté était de 13 ans, sachant que 19 % des volontaires ont eu leurs premières règles avant 11 ans, 70 % entre 12 et 14 ans, et 11 % après 15 ans.

L'âge moyen des femmes E3N à la première grossesse est de 25 ans. 12 % des participantes n'ont pas eu d’enfants et 8 % n’ont jamais été enceintes. 58 % des femmes ont eu 1 ou 2 enfants, 29 % ont eu 3 enfants ou plus.

En ce qui concerne les méthodes contraceptives, 55 % des femmes déclarent avoir utilisé la pilule (44 % pour les moins de 45 ans, 10 % pour les femmes de 55 ans et plus). La pilule ayant été commercialisée en 1967, certaines participantes ont de ce fait pu l'utiliser plus longtemps que d'autres.

À l’inclusion, 40 % des femmes étaient ménopausées. L'âge de la ménopause se situe autour de 50 ans. 63 % des femmes ont pris un THM (traitement hormonal de la ménopause).

Études

Le niveau d'éducation de la cohorte est élevé, si on le compare à celui de la population générale du même âge, puisque plus de 80 % des femmes ont au moins le baccalauréat :

Niveau d'études des femmes E3N
Pas d'études 0,9 %
Certificat 4,5 %
BEPC - CAP 9,3 %
Bac/Bac +2 48,7 %
Bac +3 / Bac +4 17,8 %
Bac +5 ou plus 18,8 %

Mode de vie

À l’inclusion, 34 % des femmes E3N parcouraient moins de 500 mètres à pied par jour, 49 % marchaient entre 500 mètres et 2 kilomètres, tandis que 13 % faisaient plus de 2 kilomètres de marche à pied.

15% des femmes E3N étaient fumeuses en 1990, 30 % des anciennes fumeuses et 54 % des non fumeuses. 12 % des femmes ne consomment jamais d’alcool, 46 % consomment 1 verre ou moins de boisson alcoolisée par jour, 20 % des femmes consommaient 1 ou 2 verres par jour, 10 % 2 ou 3 verres et 9 % plus de 3 verres par jour.

Pratiques de dépistage

Les pratiques de dépistage sont fréquentes : 97 % ont déjà eu un frottis cervicovaginal et plus de la moitié en effectue un régulièrement chaque année. Elles sont 73 % à avoir pratiqué une mammographie et 21 % un test de recherche de sang dans les selles. Ces chiffres, comparés aux données européennes, indiquent que les femmes MGEN sont particulièrement sensibilisées à la pratique des examens de dépistage.

3. Les pathologies validées dans la cohorte E3N

Le cancer du sein est la première pathologie d’intérêt de l’étude E3N et l’objectif initial était d’étudier les liens entre nutrition, hormones et cancer du sein. Cependant, grâce à la taille de la cohorte et à la longueur du suivi, les localisations cancéreuses les plus fréquentes et d'autres pathologies comme le diabète, les pathologies cardiovasculaires, les pathologies neurovasculaires ou la maladie de Parkinson, sont aujourd’hui étudiées.

Synthèse des principales pathologies pouvant être étudiées dans la cohorte E3N
(mise à jour : avril 2021)
Événements incidents Nombre* < Année
Décès 17 404 2020
Cancers * 27 992 2021
    Sein 10 744 2021
    Peau (mélanome, spinocellulaires, basocellulaires) 9 073 2021
    Côlon-rectum 1 686 2021
    Utérus (endomètre, corps de l'utérus, col de l'utérus) 1 209 2021
    Lymphomes 799 2021
    Ovaire 665 2021
    Thyroïde 623 2021
    Poumon 552 2021
    Pancréas 314 2021
    Rein 298 2021
    Vessie 207 2021
    Myélomes 192 2021
    Cerveau 141 2021
    Estomac 106 2021
    Autres localisations de cancer 1 383 2021
Diabète 6 658 2016
Infarctus du myocarde / événements coronariens 601 2010
AVC 2 400 2010
Maladie de Parkinson 1 000 2020

* Nombre d’évènements incidents et, dans le cas des cancers, des cancers primitifs incidents dans l’étude E3N.

L'incidence désigne le nombre de cas nouveaux d'une maladie apparus durant une période de temps donnée. Dans l’étude E3N, nous nous intéressons aux cas incidents, c’est-à-dire apparus après l’entrée dans la cohorte (1990), afin de pouvoir étudier des associations possibles entre l’apparition de ces maladies et les différentes expositions recueillies au cours du suivi.

Quant à la prévalence, elle renseigne sur le nombre de personnes atteintes par une maladie au sein d'une population à un moment donné. Les maladies déclarées par les femmes E3N à l’entrée dans l’étude, en 1990, sont considérées comme prévalentes et sont traitées à part.

4. Représentativité de la cohorte E3N

La population E3N, parce qu'elle appartient à des catégories socioprofessionnelles particulières, n'est pas représentative de la population française générale. L'évolution de l'état de santé de la cohorte E3N, en particulier en termes d’incidence et de prévalence, peut donc en être notablement différente.

Toutefois, E3N étudie les relations entre exposition à des facteurs de risque et survenue de maladies. Une relation établie dans la population E3N peut ainsi être extrapolable à une autre population. En effet, si l’on étudie, par exemple, les relations entre la consommation de tabac et le risque de cancer du sein, il n’est pas nécessaire d’avoir un échantillon représentatif de la population générale, mais de disposer d’effectifs suffisants de non-fumeuses et de fumeuses ayant des statuts tabagiques différents (faible à élevé).

Pour en savoir plus : téléchargez la description de la cohorte publiée dans l’International Journal of Epidemiology (article en anglais)

---------------

Nous tenons à exprimer toute notre gratitude aux femmes E3N pour leur implication dans l’étude depuis son lancement et pour la qualité des données qu’elles nous fournissent. Sans elles, l’étude E3N n’existerait pas.