Cancer du sein triple négatif : améliorer la prévention et la survie 

Cancer du sein

L’équipe Exposome et Hérédité démarre un nouveau projet de recherche intitulé « Cancer du sein triple négatif : améliorer la prévention et la survie par l’identification de nouvelles voies métaboliques » en partenariat avec le CIRC (Centre International de Recherche sur le Cancer). Ce projet permettra de constituer la première collection de la tumorothèque E3N du cancer du sein.


Le cancer du sein type triple négatif touche 10% à 15% des femmes atteintes d’un cancer du sein. Il se caractérise par l’absence de récepteur des œstrogènes, de récepteur de la progestérone et de récepteurs du facteur de croissance épidermique humaine. En conséquence, les femmes atteintes par ce type de cancer du sein ne sont pas éligibles aux traitements hormonaux ou ciblés et elles ont une survie plus faible : 76% de survie à 5 ans contre 88% pour les cancers hormonaux positifs*. Certaines données épidémiologiques suggèrent que les facteurs de risque du cancer du sein type triple négatif pourraient être différents de ceux identifiés pour les autres types de cancer du sein.


Le projet vise à identifier et comprendre les causes du cancer du sein triple négatif.


L’équipe de recherche va ainsi collecter les prélèvements tumoraux de participantes de la cohorte E3N et séquencer l'ADN de ces échantillons de tissus mammaires : tissus tumoraux hormonosensibles et tissus tumoraux triple négatif. Le séquençage de l'ADN issu des tumeurs permettra ainsi d’identifier les altérations génétiques spécifiques au cancer du sein triple négatif.


En effet, nos cellules subissent des altérations génétiques de manière naturelle. Elles sont la conséquence de multiples processus (réplication et réparation défectueuse de l’ADN, expositions mutagènes exogènes ou endogènes), qui induisent des combinaisons uniques de mutations, appelées signatures mutationnelles.


Après l’identification de ces signatures mutationnelles, les données génétiques pourront être mises en relation avec les données recueillies par le biais des questionnaires de suivi, généraux et spécifiques, remplis depuis 1990 par les femmes E3N.


Cette mise en relation des profils mutationnels avec les données de suivi sur l’état de santé et le mode de vie des femmes E3N (incluant des données antérieures à la survenue des cas de cancer) permettra de mettre en évidence les facteurs de risques spécifiques au cancer du sein type triple négatif, dont certains potentiellement modifiables.


Les connaissances acquises dans le cadre de ce projet de recherche participeront ainsi à améliorer les stratégies de prévention primaire et la survie dans les cas de cancer du sein triple négatif. 

 

Dans le cadre spécifique de ce projet de recherche, nous reviendrons vers certaines femmes E3N pour obtenir leur consentement pour l’utilisation de tissus mammaires prélevés dans le cadre de leur prise en charge thérapeutique afin de réaliser des analyses génétiques, et la conservation des reliquats des prélèvements biologiques. 

 

* Données du programme Surveillance Epidemiology and End Results (SEER)