E3N, qu'est-ce que c'est ?

logo E3N web

L'étude E3N a été initiée en 1990 par Françoise Clavel-Chapelon, directrice de recherche à l'Inserm. Aujourd'hui, l'étude est sous la responsabilité de Marie-Christine Boutron-Ruault, investigatrice principale, et de Gianluca Severi, co-investigateur.
 
E3N, ou Etude Epidémiologique auprès de femmes de la MGEN (Mutuelle Générale de l'Education Nationale), est une enquête de cohorte prospective portant sur environ 100 000 femmes volontaires françaises nées entre 1925 et 1950 et suivies depuis 1990.

E4N : une cohorte familiale unique

Mai 2017

Logo E4N 2016

L’étude E4N vise à prolonger l’étude E3N en suivant les membres de la famille des femmes E3N : pères de leurs enfants, enfants et petits-enfants. Si vous êtes concerné(e) par la cohorte familiale E4N et que vous souhaitez y participer, n'hésitez pas à vous pré-inscrire.

L’objectif de l'étude E4N est de mieux comprendre, dans l’apparition des maladies, ce qui relève de la part génétique, de l’environnement familial et de l’environnement extra-familial. Ce projet de recherche a été retenu au titre des « Investissements d’avenir » de l’ANR (Agence Nationale de la Recherche).

Etre mère allongerait l’espérance de vie des femmes

Décembre 2015

2015 12 femme enfantLes femmes ayant eu des enfants vivraient plus longtemps que les autres. Tel est le constat d’une étude EPIC (European Prospective Investigation into Cancer and Nutrition) publiée dans le BMC Medicine. Cette dernière révèle l’impact des  facteurs hormonaux ou reproductifs sur la mortalité des femmes.
Au total, 500 000 adultes, dont 366 000 femmes âgées de 27 à 70 ans au moment de leur inclusion (entre 1992 et 2000) ont participé à cette cohorte, menée auprès d’une dizaine de pays européens. La France y est représentée par la cohorte E3N.

La Ligue

logo la ligue

La Ligue contre le Cancer est un partenaire incontournable de la cohorte E3N : elle a participé à la naissance de la cohorte et n'a jamais cessé de soutenir notre projet de recherche depuis.

Bisphosphonates et risque de cancer du sein ?

Septembre 2017

2017 09 Bisphosphonate basic structureEntre 2010 et 2013, plusieurs études épidémiologiques ont suggéré que les bisphosphonates, utilisés comme traitement de l'ostéoporose postménopausique, pourraient également diminuer le risque de cancer du sein. L'analyse des données de la cohorte E3N ne retrouve malheureusement pas d'effet protecteur de ces traitements vis-à-vis du risque de cancer du sein.

Pour en savoir plus :

Lire l’article scientifique publié dans le Journal of Clinical Oncology

Cancer du sein : un sur deux serait évitable après la ménopause

Février 2016

Cancer-sein-Fournier

Une étude E3N publiée dans l’International Journal of Cancer suggère qu’après la ménopause, plus de la moitié des cancers du sein seraient attribuables à des facteurs comportementaux, et seraient donc évitables.
Manger sainement et équilibré, se limiter à un verre d'alcool par jour, surveiller son poids (IMC inférieur ou égal 25kg/m²) réduirait le risque de développer un cancer du sein de 53,5 % après la ménopause.

Prix franco-suédois pour Jeunes Chercheurs

Octobre 2015

2015 10 Guy Prix Suede

Guy Fagherazzi, chercheur-épidémiologiste dans l’équipe E3N depuis 2008, a obtenu  le 19 octobre 2015, un Prix franco-suédois pour Jeunes Chercheurs.
Créés en 2009 par l’Association franco-suédoise pour la recherche (AFSR), en concertation avec les ambassades de France à Stockholm et de Suède à Paris, parrainés par le Collège de France et l'Académie royale suédoise des sciences, les prix scientifiques franco-suédois s’adressent aux jeunes chercheurs et ont pour objectif de promouvoir les collaborations scientifiques entre ces deux pays.